INDIGO, un périple bleu

indigo bleu bibliothequeforneyLa bibliothèque Forney nous offre un  voyage passionnant dans le bleu : histoire du pastel et l’ indigo mais également un périple dans les pays où le quotidien  se teint à l’indigo.  Du Japon à l’Amérique en traversant la Chine,  l’Afrique,  le Moyen Orient et l’Asie Centrale on admire plusieurs centaines de pièces appartenant à des collectionneurs passionnés et notamment à Catherine  Legrand,  la styliste et  commissaire de l’exposition.  De quoi vérifier que  le « terre est bleue comme une orange  » !
( Paul Eluard)

De la feuille au pigment, pastel contre indigo en Europe

 

De la feuille au pigment pastel

Capture d’écran 2015-05-01 à 12.20.41Les feuilles étaient écrasées sous une meule et après 8 semaines de  fermentation  on formait avec la pâte obtenue des boules.Les boules se nomment des « Cocagnes » ou « guesdes » au-dessus de la Loire.   Après séchage ( 4 mois environ)  les « cocagne » obtenues sont plus dures et compactes ce qui facilite  le commerce international.
En France, à la Renaissance, l’Occitanie enfante le légendaire Pays de Cocagne et Toulouse s’impose au coeur du commerce européen du bleu. Ceux qui deviendront les plus célèbres négociants pastelliers de l’histoire s’y installent, accumulant des fortunes extraordinaires et bâtissent des hôtels pastelliers dans la ville rose.( source :http://www.bleu-de-lectoure.com)

L’arrivée concurrentielle de l’indigo naturel et de synthèse

En France dès le 17éme siècle, le pastel  dut céder devant l’indigo au coloris plus dense , importé des Indes ou des Amériques. Lui même fut détrôné en 1882 par l’indigo de synthèse mis au point par le chimiste allemand Adolf von Baeyer

Capture d’écran 2015-05-01 à 12.48.05

 

 

 

 

 

Toute une panoplie d’humbles vêtements vit le jour , parmi lesquels  la toile de Gêne et le bleu de Nîme (à l’origine de nos blue-jeans)
IMG_8203 IMG_8202 IMG_8200

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au Japon, dès le 12 ème siècle les samouraïs préfèrent le bleu. Le kimono celui des nobles comme celui des paysans revêt tous les décors et toutes les nuances de l’indigo.
IMG_8217 IMG_8216 IMG_8215 IMG_8209

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Parmi les pièces les plus touchantes de l’exposition , les BORO. Ce sont des pièces de tissu  constituées de morceaux de récupération. Ces textiles, reflets de la misère paysanne ont longtemps été méprisés mais aujourd’hui ils sont très prisés par les collectionneurs.

 

BORO

BORO

En Chine chaque minorité ethnique s’affiche en indigo.

Au Vietnam, Laos , Thailande les costumes indigo varient selon les ethnies

IMG_8231 IMG_8232

 

 

 

 

 

 

 Pour prolonger l’expo et en avoir plus sur l’indigo :

 

 

Ce contenu a été publié dans Paris exposition, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>